De la mine au bateau

Nous exploitons une concession minière située dans le nord-ouest de la République de Guinée, en Afrique de l'Ouest. Une fois extrait, le minerai est envoyé par chemin de fer aux installations portuaires de la société à Kamsar, sur la côte atlantique du pays, puis expédié par voie maritime vers les marchés mondiaux.

Mine

La concession minière de GAC, d’une superficie de 690 km carrés, est située entre les villes de Sangaredi et Boké, dans le nord-ouest du pays. Les gisements de bauxite se trouvent à la surface ou près de la surface. La zone à développer d’ici à 2040 contient près de 400 millions de tonnes de ressources minérales en bauxite.

La mine est exploitée 24 heures par jour, 365 jours par année. Les foreurs creusent des trous de mine de 140 mm de large selon un plan prédéterminé. Ces trous de mines sont ensuite remplis d’explosifs qu’on détonne par la suite pour faire éclater la roche. Le minerai est alors chargé à bord de camions à l’aide d’excavatrices. Puis, les conducteurs de camion vont vider leur benne dans un concasseur, qui broie la bauxite en morceaux de 100 mm ou moins afin de faciliter le transport et la manutention. Le minerai ainsi concassé est ensuite acheminé sur un convoyeur à un débit de 2 500 tonnes à l’heure jusqu’à un empileur sur rails, qui décharge le minerai dans l’une des deux piles de stockage (chacune d’une capacité de 165 000 tonnes), aménagées parallèlement à la voie ferrée en vue du chargement dans les wagons de train.

Chemin de fer

Le trainqui consiste en trois locomotives et 120 wagons (chacun capable de transporter 85 tonnes de minerai), est alors chargé du minerai provenant des piles de stockage au moyen de quatre chargeuses frontales. La cadence de chargement équivaut à moins de deux minutes par wagon. Chaque jour, quatre trains chargés chacun de 10 200 tonnes de minerai parcourent 90 km de voie ferrée jusqu’à la plateforme portuaire de GAC à Kamsar. 

Port

C’est au port de GAC qu’on manutentionne et expédie outremer la bauxite produite par la compagnie. Quand les trains de bauxite arrivent à Kamsar, on les décharge à l’aide du basculeur double qui renverse deux wagons à la fois sans les détacher. Il faut moins de deux heures pour décharger un train de 120 wagons. Selon les besoins du moment, la bauxite peut être acheminée par convoyeur à deux destinationsle port, en vue du chargement à bord de chalands, ou encore l’aire de stockage.  

L’aire de stockage, d’une capacité de 460 000 tonnes métriques, est dotée d’un puissant appareil de mise et de reprise qui assure la mise au stock ou la reprise à une vitesse de 4500 tonnes métriques l’heure.  

On utilise ensuite un réseau de convoyeurs souterrains et aériens pour transporter la bauxite jusqu’au chargeur de chalands situé au bout d’une jetée de 1,5 km. Il faut au chargeur, d’une capacité de 5 000 tonnes métriques l’heure, moins de trois heures pour remplir l’un des quatre chalands autopropulsés de 13 000 tonnes.  

Le chaland quitte ensuite le port jusqu’à une installation de transbordement située à une distance de 37 km, en eau profonde (la côte guinéenne étant peu profonde, il est impossible de charger un navire de charge Capesize directement au port). Deux grues flottantes, munies de bennes preneuses, sont amarrées de part et d’autre du navire Capesize, ce qui permet de transférer directement la bauxite du chaland au navire d’exportation. Ces navires de haute mer font environ 300 mètres de long et 50 mètres de large, soit l’équivalent de trois terrains de football. Ils peuvent accueillir quelque 180 000 tonnes, ce qui correspond au contenu de 15 chalands, et il faut compter quatre jour et demi pour le chargement. Une fois rempli à capacité, le navire peut prendre la mer jusqu’à la destination du client, et les grues peuvent se tourner vers le prochain navire prévu au calendrier.